Accueil Thématiques Formation Conception et développement de solutions mobiles

Conception et développement de solutions mobiles

La CCI avec l'Institut d'informatique appliquée (IIA) de Laval ouvre au Mans en septembre une formation en alternance (contrat de professionnalisation) de 12 mois pour la conception et le développement de solutions mobiles. Accessible aux titulaires d'un bac + 2, cette formation est unique dans le grand Ouest et répond à une forte demande des entreprises.

Une nouvelle formation au sein de la Ruche numérique au Mans.Dans le cadre de sa mission d'accompagnement et de déploiement de la filière numérique, la CCI enrichit son offre de formation. Pour cela, elle s'est rapprochée de l'Institut informatique appliquée (1), une école de la CCI de la Mayenne, pour proposer une formation au sein de la Ruche numérique, ce lieu de travail unique près de la gare Sud au Mans qui accueille les entreprises de la filière et qui bénéficie de salles de formation.

Cette formation en conception et développement de solutions mobiles est une opportunité aussi bien pour les entreprises qui pourront recruter de nouvelles compétences, que pour les jeunes souhaitant bénéficier d'une pédagogie innovante et d'une insertion professionnelle rapide. "Nous recrutons des titulaires d'un diplôme de niveau III en informatique comme les BTS SIO (services informatiques aux organisations), DUT informatique, BTS Informatique de gestion…", explique Céline Girault, coordinatrice école/entreprise à l'IIA. Le diplôme de "Responsable en conception et développement de solutions mobiles" est un titre certifié de niveau II, reconnu par l'État et enregistré au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles).

"La formation se déroule en alternance avec 665 heures de formation sur les 12 mois du contrat de professionnalisation, soit un rythme de 1,5 mois de cours pour 2,5 mois en entreprise, poursuit Céline Girault. À l'issue de leur formation, les élèves sont capables de prendre en charge aussi bien un projet de développement web qu'un projet de programmation dédié aux mobiles (systèmes windows mobile, Android, IPhone), tout en maîtrisant le graphisme et l'ergonomie, la sécurisation et l'optimisation des applications". Les jeunes peuvent ensuite prétendre à des postes de concepteur/développeur d'applications mobiles, d'intégrateur/administrateur d'infrastructures mobiles. "Après une telle formation, les étudiants n'ont aucun problème d'insertion professionnelle. Durant tout leur cursus, ils sont immergés dans l'univers de l'entreprise, habitués à la gestion de projet et à travailler en autonomie." Une formation professionnalisante qui suscite l'intérêt des jeunes et nul doute celui des entreprises de la filière numérique.

Maryse Gauthier

(1) Depuis 25 ans, l'IIA propose des formations du BTS à bac + 5 en adéquation avec les besoins du marché et en liens très étroits avec les entreprises ligériennes.

Plus d'information : www.iia-laval.fr

LES OBJECTIFS DE LA FORMATION

-
Proposer et implanter des infrastructures systèmes et réseaux adaptées aux applications nomades, tout en assurant leur haute disponibilité et la sécurisation des connexions.

- Intervenir de la phase d’étude jusqu’à la validation du projet par le(s) commanditaire(s) : client/entreprise.

- Mettre l'expertise (applications, systèmes, réseaux, télécoms…) au service du développement, du déploiement et de la sécurisation de solutions et d’applications mobiles et multimédia innovantes.

- Analyser et concevoir des solutions et des applications informatiques mobiles.

- Développer et déployer des solutions informatiques dans une infrastructure systèmes et réseaux mobiles.

- Former et accompagner les clients/utilisateurs.

- Optimiser et maintenir la performance des solutions mobiles.

 
S'inscrire à la newsletter
agenda
1er juillet

Les Rencontres de l'International
Focus sur l'Amérique latine
à la CCI
Contact : Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12


30 mai - 14 juin

Animation commerciale 24 Heures +
Contact : Sylvie Bervas au 02 43 21 00 25


2 juillet

9h - 18h : Sarthe Le Mans connection, le salon professionnel des solutions informatiques et numériques, au Mans.
Plus d'information


conjoncture
Bricolage

Le marché du bricolage en France a progressé de 0,8% en 2014 à 24,8 milliards d'euros. Ce marché est tiré par le jardinage (qui représente 12% des dépenses de bricolage) en hausse de 3,9%. Seuls deux rayons accusent une baisse, ceux de la plomberie et du chauffage. L'essentiel des achats se fait dans les grandes surfaces de bricolage (77%). L'e-commerce ne représente que 2% de parts de marché.
Source : Unibal
En savoir plus


Industrie agroalimentaire

L'industrie alimentaire française a réalisé l'an dernier un CA de 157,6 milliards d'euros, en baisse de 0,8% par rapport à l'exercice précédent. Les quelque 15.000 entreprises de l'agroalimentaire emploient 493.272 salariés, soit une création nette de 545 emplois (+0,2%). Le secteur reste pourtant fragile avec 273 défaillances d'entreprises en 2014 (contre 376 en 2013), une production (-0,2%) et des exportations (-0,7%) en légères baisses.
Source : Ania
En savoir plus


Évolution de l'emploi salarié

La Sarthe perd près de 600 emplois au 4etrimestre 2014 (-0,4%). Depuis 3 ans, le département a supprimé 5.000 emplois (-3,4%), soit la plus forte diminution de la région Pays de la Loire. Les communautés de communes du Pays Bilurien (-3,6%), du Bassin Ludois (-3,8%) et surtout des Alpes Mancelles (-5,3%) subissent les plus fortes baisses.
Source : Urssaf Pays de la Loire
En savoir plus


Création d'entreprise

50% des jeunes de 18-24 ans déclarent avoir envie de créer leur entreprise, contre 34% pour l'ensemble des Français. Les principales raisons invoquées par les jeunes répondants ayant envie d'entreprendre sont : la volonté "d'être libre, indépendant" (55%) et le désir de "s'épanouir personnellement" (45%). 
Source : Idinvest Partners / Le Figaro
En savoir plus


Cessions d'entreprise

Les cessions de fonds de commerce en France ont légèrement diminué en 2014 (-0,8%) par rapport à 2013. La valeur des transactions se maintient à un niveau élevé. Les secteurs de la restauration et des débits de boisson attirent le plus de repreneurs (25%). En Sarthe, la valeur moyenne des fonds de commerce s'établit à 174.333 euros (+7,9% par rapport à 2013). Le nombre de transactions, qui avait fortement baissé en 2013, est en hausse de 3,8% (351).
Source : Bodacc/Altares
En savoir plus